images et objets pour une histoire millénaire
Société d'histoire et d'archéologie
du canton de Neuchâtel

Un siège garni pour votre séant !

Légende
Désignation
Chaise recouverte d’indienne
Auteur
Anonyme
Date
18e siècle (seconde moitié) - 19e siècle (début)
Matière
coton imprimé
Dimensions
L: 90 cm l: 90 cm environ
Lieu de conservation
Propriété privée, château de la Borcarderie, Valangin
Contexte

Plusieurs familles neuchâteloises, dont les membres sont souvent alliés aux indienneurs, recouvrent leur mobilier de tissus imprimés. Ce siège provient de La Borcarderie, situé au nord de Valangin, qui fut un centre d'indiennage de 1765 à 1818. Le tissu a probablement été réalisé dans cette fabrique.

On trouve parallèlement, à la même époque, d’autres sièges garnis d’une tapisserie effectuée au point de croix. La disparition progressive de l’indiennage dans le Pays de Neuchâtel peut expliquer cette substitution.

Description

Sur le placet de la chaise au piétement Louis XVI, l’artisan a tendu un coton imprimé de grosses fleurs rouges et de végétation verte. A cet effet, la toile est finement tissée et résiste au frottement. Pourtant, après des lustres, rares sont les sièges garnis de toiles imprimées a avoir été conservés.

Interprétation

Si l’indiennage fournit des tissus de décoration (tentures) et des tissus d’habillement, il offre aussi des tissus d’ameublement pour garnir les sièges (chaises, fauteuils, canapés, etc.).  Le choix des motifs diffèrent : les tentures forment de vrais tableaux vivants, fouillés ; les tissus pour les vêtements sont souvent formés de petits semis de fleurs ou de petits motifs géométriques. La production des toiles imprimées s’arrête vers 1874.

En savoir plus ...

Evard, Maurice, Odyssée aux confins de l’indiennage, Editions de la Chatière, Chézard-Saint-Martin, 2013.

Auteur : Maurice Evard

Catégories: Economie domestique, Industrie, 1707-1805

Notice 22 sur 477.