images et objets pour une histoire millénaire
Société d'histoire et d'archéologie
du canton de Neuchâtel

Prendre son café à table

« [Cette expression] trouve son origine dans une observation ironique et légèrement méprisante des habitudes chaux-de-fonnières par la bonne société du Littoral. Dans l’aristocratie bourgeoise du bas du canton, il est de bon ton de quitter la table où l’on a pris son repas pour passer au salon à l’heure du café. (…) Il semble qu’il n’en allait pas de même dans la bourgeoisie industrielle de La Chaux-de-Fonds où le café se prenait en commun et en toute convivialité autour de la table du repas desservie. Il n’en fallait pas plus pour que les Neuchâtelois du Bas qualifient cette pratique de : faire Chaux-de-Fonds. »

 

La question du jour est réalisée en collaboration avec les Editions Attinger. La réponse provient de l’ouvrage de Jean-Pierre Jelmini, Neuchâtel 1011-2011, mille ans – mille questions – mille et une réponses, question 212.