images et objets pour une histoire millénaire
Société d'histoire et d'archéologie
du canton de Neuchâtel

La fabrique d’indiennes du Bied, près de Colombier

Légende
Titre
Fabrique et maison de campagne au Bied
Auteur
Chambrier, Samuel de (1744-1823) - attribué à
Date
18e siècle (fin)
Technique
gouache
Dimensions
H: 28 cm L: 52 cm
Lieu de conservation
Musée d’art et d’histoire, Neuchâtel
Référence de l’œuvre
H 2006-64
Contexte

L’industrie des indiennes consiste à imprimer des toiles de coton au moyen de blocs de bois gravés. Dans la seconde moitié du 17e siècle, cette activité économique s’implante en Europe occidentale, puis en Suisse dès 1710. Profitant de l’interdiction de fabrication et de vente décrétée en France en 1686, Neuchâtel développe plusieurs fabriques au bord du lac ou de cours d’eau : Boudry, Cortaillod, Cressier ou Valangin. La manufacture du Bied, fondée à proximité de Colombier en 1734 par Jean-Jacques Deluze-Chaillet, occupe une place importante dans l’indiennage neuchâtelois. Elle a employé plus de 150 ouvriers. A la fin du XVIIIe siècle, elle produit près de 30’000 toiles peintes par an.

Description

A la fin du 18e siècle, la manufacture comptait une douzaine de bâtiments. Parmi ceux-ci on reconnaît, au centre, la maison de maître appartenant à la famille Deluze. Derrière elle se distinguent les larges toits du grand étendage et du petit étendage. Sur la gauche, le long de la rivière du Bied, s’échelonnent divers bâtiments utilitaires. La proximité de la rivière permet l’utilisation de la force hydraulique pour entraîner les machines indispensables à la production. Le lac sert, quant à lui, au lavage et au rinçage des toiles. Une scène de baignade autour d’une barque anime le premier plan. A noter que les oiseaux représentés dans le paysage permettent le repérage aisé des sommets et des localités indexés au bas de la feuille à droite.

Interprétation

Les représentations de la fabrique de toiles peintes du Bied qui sont parvenues jusqu’à nous sont rares. Comme un grand nombre de bâtiments de la manufacture ont été détruits et que le Bied a été comblé, cette vue est riche d’enseignements et constitue une source iconographique importante pour l’histoire du développement de cette fabrique. Cette gouache a longtemps été attribuée à Henri Courvoisier-Voisin. Une analyse stylistique approfondie menée récemment semble indiquer que son auteur pourrait être plutôt Samuel de Chambrier.

En savoir plus ...

Evard, Maurice, Périple au pays des indiennes : cochenille, garance et vitriol, Chézard-Saint-Martin : Ed. de la Chatière, 2002.

Tissot, Laurent, « L’eau, l’énergie et le travail », in : Le lac de Neuchâtel, miroir d’une région, Ed. Attinger, 2004, pp. 162-165.

Henry, Philippe, « Une mutation : de l’artisanat à l’industrie », in : Histoire du Pays de Neuchâtel, tome II, Hauterive : Ed. Gilles Attinger, 1991, pp. 204-209.

Berthoud, Dorette, Les indiennes neuchâteloises, Boudry : La Baconnière, 1951.

Auteur : Vincent Callet-Molin

Catégories: Lac, Industrie, 1707-1805

Notice 416 sur 473.